Bafoussam, 01 November 2014, 06:07:05
On dit que Le préfet d’Ebolowa et le délégué régional des Transports s’affrontent

On dit que Le préfet d'Ebolowa et le délégué régional des Transports s'affrontent

On dit qu'Irené Galim Ngong voudrait confier la sécurité routière à la police et à la gendarmerie, ce à quoi s'oppose Jean Claude Nkoutou.

Le fait inédit s'est produit il y a quelques jours au poste de prévention routière d'About, à 10km d'Ebolowa sur la route de Mbalmayo. Le préfet de la Mvila, Irené Galim Ngong, est venu en personne demander à l'équipe de la délégation régionale des Transports, conduite par Simon Didier Nkane, de libérer le poste de contrôle au profit de la gendarmerie et de la police. Sans autres explications, le «chef de terre» a ajouté que cette décision prenait effet juste après son passage aux différents postes de contrôle situés sur les routes bitumées.

Le chef d'équipe, bouleversé par cette instruction, va présenter son ordre de mission au préfet qui reste ferme sur sa décision. Surpris par la réaction de l'autorité administrative, il saisit son patron qui descend aussitôt sur les lieux. Une fois sur le terrain, Jean Claude Nkoutou, délégué régional des Transports pour le Sud, remet ses troupes au travail. Il décide même de renforcer les effectifs dans les postes les plus sensibles. Et il passe toute la moitié de l'après-midi surplace.

Il convient toutefois de relever qu'en matière de prévention routière, les frictions entre la préfecture et la délégation départementale des Transports sont légion dans la Mvila. En 2010, les deux structures ont passé le temps à se disputer la vedette sur le terrain. Le préfet estime, selon les agents de prévention, que les Transports, qui mettent plus de temps à sensibiliser les usagers qu'à réprimer, fragilisent le travail des forces de l'ordre. D'où sa décision de les écarter.

Le délégué régional des Transports pense, quant à lui, que les forces de l'ordre, qui passeraient plus de temps à extorquer de l'argent aux usagers qu'à contrôler l'état des véhicules et leurs papiers, n'ont pas la formation nécessaire pour assurer une prévention efficace et complète. Il étaye son propos en indiquant que, chaque fois qu'une catastrophe survient sur nos routes, c'est au ministre des Transports que le gouvernement demande des comptes.

Cliquer sur une image pour agrandir
Réagir à cet article »
 
Réactions
Il n'y a aucun commentaire pour cet article
Banner
© MboaBLOG | | (+237) 22 04 59 79 | Version Mobile | Desktop