Belo, 23 July 2014, 17:28:49
L'insalubrité étouffe Makepe Missoke


Les habitants de ce quartier de l'arrondissement de Douala 5ème sont sous l'emprise des immondices.

Vivre au quartier Makepe Missoke demande à s'accommoder à l'insalubrité. Dans ce quartier situé dans l'arrondissement de Douala 5ème, la saleté semble la valeur la mieux partagée par les nombreux habitants qui font de cette périphérie, l'une des plus populeuses de la ville de Douala. Ce quartier, constitué pour la plus part des personnes de situation sociale inconfortable, présente simplement un cliché affreux. Derrière le petit marché du coin, des tas d'immondices accueillent le visiteur à chaque pas. Quelle que soit la saison, l'usager des ruelles de ce bloc doit faufiler à côté des eaux souillées et stagnantes qui inondent le passage. Non sans ventiler des odeurs nauséabondes. Une situation favorisée par le bouchage des rigoles qui, à les voir, semblent n'avoir jamais été curées. Une petite broussaille côtoie presque chaque habitation, favorisant l'épanouissement des souris, rats et toutes autres sortes de rongeurs et reptiles qui se baladent à tout moment de la journée, sans être inquiètés. Ils font déjà partie des habitants du quartier.

La condition marécageuse du secteur n'arrange rien à cette situation malheureuse cultivée par la mentalité des habitants. « Nous sommes à la merci des insectes et moustiques. Si la situation est déjà comme ce que vous voyez en ce moment, vous imaginez comment elle serait en saison des pluies », explique Achille Fotso, habitant du quartier. Ce dernier est obligé à chaque fois de contourner vers la chefferie du quartier, située un peu plus en hauteur pour rejoindre le « Carrefour Ypa », derrière le campus de l'ESSEC, évitant l'éternelle boue qu'il faut braver vers le marché, pourtant, plus proche de sa destination. Il accuse la mauvaise mentalité des habitants du coin qui semblent réfractaires à la propreté. « Hysacam fait l'effort de venir dans ce quartier au moins deux fois par semaine. Mais, les gens font l'effort de jeter les ordures sans contrôler », regrette-t-il. Même les multiples initiatives entreprises par certains habitants du quartier, indignés par cette mauvaise image n'ont jamais tenu longtemps malgré le soutien du chef du quartier.

La situation n'est guère reluisante au lieu dit « Ancienne décharge ». Derrière l'axe récemment bitumé pour relier ce quartier à "Makepe Saint Tropez", se cache un bidonville où le degré de promiscuité atteint des sommets. Les habitations bâties avec la plus grande légèreté, en matériaux provisoires pour la plus part renseignent suffisamment sur la fragile qualité de vie dans ce coin. Il ne fait aucun doute que ces derniers sont exposés à divers types d'épidémies, telles le choléra, tant, saleté et souillures de toutes sortes, sont à portée de main. Le passage, toujours humide et recouvert des eaux stagnantes, souillées, quelle que soit la saison est inondé à la moindre goûte de pluie. Les enfants de ces quartiers, à en croire certains habitants, sont constamment victimes des maladies de la peau.

Cliquer sur une image pour agrandir
© MboaBLOG | | (+237) 22 04 59 79 | Version Mobile | Desktop