Bamendjou, 21 October 2014, 17:06:03
Douala : Les conducteurs de moto prêts à affronter les autorités


Depuis le début de la semaine, ils multiplient les démonstrations pour marquer leur détermination à s'opposer à la décision des autorités qui vise à leur limiter l'accès à certaines rues des quartiers du Centre ville de Douala.

Depuis le début de la semaine, des attroupements des moto-taxis sont perceptibles dans les rues du quartier Akwa, au Centre ville de Douala, la capitale économique du Cameroun. Les conducteurs des engins à deux roues écument les carrefours stratégiques du quartier et attirent l'attention des populations à travers des klaxons et plusieurs autres démonstrations. Il s'agit d'une alerte à l'endroit des autorités, notamment de la Communauté Urbaine de Douala, qui ont affiché la semaine d'avant, leur détermination à faire respecter effectivement les mesures visant à limiter l'accès des benskineurs à différentes rues des quartiers Akwa, Bali, Bonapriso, Déido, à partir du 12 juin prochain.

Les benskineurs n'excluent pas des manifestations si jamais ces autorités ne revenaient pas sur cette décision qui avait été adoptée au mois de janvier dernier, à la suite des émeutes sanglantes au quartier Déido, suite à l'assassinat d'Eric Money, un jeune de ce quartier. Le meurtre avait été imputé à un présumé conducteur de moto. « Fritz Ntonè Ntonè a intérêt à retirer cette décision. Nous sommes déterminés à utiliser tous les moyens possibles pour nous opposer à la mise en application de cette décision », menace un benskineur rencontré au quartier Ndogbong à Douala.

Ce dernier estime que le fait de limiter l'activité des conducteurs de moto dans les périphéries de la ville participe de la volonté des autorités de « tuer » cette activité qui nourrit des milliers de familles à Douala. « Quand je transporte un client de Ndogbong par exemple pour Akwa, j'ai environ 600 Francs Cfa. Ce sont des trajets qui nous donnent de la recette. Si aujourd'hui, on me demande de ne me limiter qu'à Ndokoti par exemple, je ne voie pas pourquoi je sortirai travailler avec ma moto puisqu'il y en a tellement dans la ville », ajoute notre benskineur.

C'est en principe ce vendredi, 8 juin 2012, que les autorités de la Communauté Urbaine de Douala devaient procéder à la matérialisation des zones interdites aux benskineurs dans les quartiers en question. Des panneaux de signalisation y seront placés pour dissuader les conducteurs de moto. Le premier adjoint préfectoral du Wouri qui était face à la presse ce vendredi, a annoncé une concertation avec les différents syndicats des conducteurs de moto taxi pour, dit-il, faire le point sur cette question avant l'échéance du 12 juin fixée « de commun accord » avec des syndicats.

Hilaire Nzouakeu, le président du collectif des motos taximen de Douala a adressé, il y a quelques jours, une lettre ouverte au délégué du gouvernement, Fritz Ntonè Ntonè à qui il confiait que : « l'initiative de l'identification des motos-taxi dans la ville de Douala était une initiative appréciable, mais la limitation de nos champs d'action serait nous emporter dans le vent de la misère absolue ».

Cliquer sur une image pour agrandir
Réagir à cet article »
 
Réactions
Yvan  [Paris - France]
10/06/2012 17:07
J'espere vraiment que les autorités ne vont pas lacher! il y a déja trop de moto taximen dans ces metropoles! A douala c'est pire que tout! et yaoundé est entrain de prendre le meme chemin,ce que j'apprecierai pas du tout! Donc il ne faut rien lacher! ce ne sont pas ces moto taximen qui vont faire la loi tout de meme!
hector ellong  [lille - France]
09/06/2012 17:31
La Date Fatidique pour les benskineurs Enfin!!! Les autorités camerounaises ont longtemps tergiversé face au désordre urbain généré par les benskineurs dans les grandes métropoles du cameroun. La mort lâche du feu Eric Monney à Deido aura été le catalyseur du malaise ambiant généré par certains benskineurs sortis de leur tanière et directement envoyés dans les grandes villes du cameroun pour exercer ce "métier" sans aucune maîtrise des règles de base du code de la route. La décision de circonscrire ce métier à des zones périphériques est salutaire et j'exhorte les autorités camerounaises à être intransigeants face aux récalcitrants qui doivent comprendre que la vie en société a besoin de règles et que l'intérêt collectif prédomine les égoismes individuels. Bon courage mr fritz ntone ntone!!! hector ellong
Banner
© MboaBLOG | | (+237) 22 04 59 79 | Version Mobile | Desktop